Promets-moi de m’obéir

image

Promets-moi de m’obéir

Sylvie Roca-Géris


Collection :
Indécente

Synopsis :

Lors d’un voyage à New York Sandra Beauchamp, écrivain français, croise Christian Maxwell III, un richissime homme d’affaires. Malgré son attirance pour lui, elle repousse ses avances. Mais il n’est pas un homme à qui on dit non.
Plus elle le repousse, plus son désir pour elle grandit. Lorsque, enfin elle lui cède, il lui fait signer un contrat par lequel elle s’engage à lui obéir aveuglément. Il va l’entraîner dans un tourbillon de plaisirs et douleurs mêlés.
Lorsqu’elle se retrouve en plein règlement de comptes familial, elle va découvrir que les sentiments de Maxwell à son égard ont évolué.

Extraits :

Une main dans sa poche de pantalon, Maxwell scrutait Sandra, l’air impassible.

— Asseyons-nous, proposa-t-il en désignant un siège face à son bureau. Il prit place dans son fauteuil en cuir noir à haut dossier. Eh bien, je dois avouer que je ne m’attendais pas à votre visite, ma chère.

— J’aimerais que vous cessiez de m’importuner, monsieur Maxwell, dit-elle en s’efforçant de parler d’une voix calme.

— Je vous importune ?

Il la fixa froidement.

— Oui. Je ne veux pas dîner avec vous, je ne veux plus recevoir de fleurs ni de mails, reprit-elle en détournant le regard.

Elle le vit se lever du coin de l’œil, contourner son bureau et venir s’appuyer au bureau, tout près d’elle. Il laissa le silence s’installer entre eux.

Sandra ferma brièvement les yeux, de plus en plus mal à l’aise. Elle sentait le regard de Maxwell posé sur elle.

— Ce n’est pas ce que vous souhaitez réellement, n’est-ce pas ?

Soudain, il se redressa, la saisit par la main et la força à se lever. Avant de s’en rendre compte, elle se retrouva prisonnière de ses bras. Il lui attrapa le menton, l’obligeant à le regarder droit dans les yeux.

— Ne faites pas ça, murmura-t-elle en essayant d’échapper au regard torride de Maxwell.

— Faire quoi ?

La sonnerie du téléphone les fit sursauter. Maxwell la relâcha pour répondre, furieux d’avoir été dérangé.

Sandra en profita pour ramasser son sac à main sur le fauteuil et quitter précipitamment la pièce.