Les orgies de Kantie de Gordon Brand

Synopsis :

Ce premier volume relate la sexualité particulière de Clara, jeune femme de pouvoir qui change de personnalité pour assouvir ses fantasmes. Elle porte un lourd secret qui l’empêche d’avoir des rapports conventionnels avec un homme. Pour trouver la jouissance, elle se met donc volontairement dans des situations à haut risque où elle repousse ses propres limites en se servant des hommes qui la possèdent. Le prénom qu’elle s’est elle-même choisi est en lien avec l’histoire douloureuse qui a fait d’elle ce qu’elle est. Vous en aurez la clé lors de la parution des «origines de Kantie».

La suite en février.

Le dernier volume en mars avec l’intégrale en format papier.

Sortie le 14 janvier 2017,

et en avant-première le 07 janvier sur la boutique EE.

Extraits :

Extrait

Une première pause survint. Chacun des hommes l’avait prise au moins une fois. L’un d’entre eux s’occupa de la détacher et la conduisit sous un palan électrique. Il attacha ses poignets et se servit de la même corde pour la suspendre par les bras à dix centimètres au-dessus du sol. Sous elle, des grilles métalliques cachant une fosse et un caniveau d’évacuation. Il alla ensuite chercher un appareil roulant noir et jaune avec une sorte de fusil relié à un tuyau, rangé sur le côté. Kantie ne le savait pas encore, mais l’engin était un Karcher et le fusil une lance à eau. On l’utilise pour nettoyer ou décaper, à l’eau ou au sable, sous une pression de cent bars. Les autres s’étaient rapprochés de la scène. Il mit le compresseur en route. Le jet vint frapper la cuisse de Kantie. Une douleur atroce la parcourut. Elle avait l’impression d’être découpée au rasoir. Le chef déclara qu’il fallait la nettoyer pour la poursuite des réjouissances. Le tireur n’épargnait aucune zone de son corps. Il jouait même à la faire tourner sur son axe de suspension en visant un côté ou l’autre. Ainsi il avait également pu atteindre ses fesses et son dos. L’impact puissant et précis du jet traçait des arabesques sur la peau de Kantie. Ses tourmenteurs se délectaient de voir les résultats de la douleur s’imprimer sur elle. L’un d’eux eut une proposition plus cruelle encore.