Laisse-moi te résister Tome 1

image

Laisse-moi te résister Tome 1

Méline Darsck


Collection :
Indécente

Synopsis :

Enzo Costa, célibataire endurci, refuse d’inclure une femme dans sa vie. Attirant et magnétique, il fait fantasmer Zoé comme jamais elle n’a fantasmé un homme. L’attirance l’un envers l’autre aura raison d’eux, mais sera de courte durée. Enzo posera ses conditions : du sexe sans attache ! Elle acceptera tout, du moment qu’elle passe un moment avec lui. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que cela ne lui offre pas l’exclusivité de partager la couette du bel Enzo.

Extraits :

Il me lâcha la main pour n’entourer que ma taille. Je me retrouvai encore plus près de lui. Il me regarda avec une telle intensité que je respirais à peine. Il approcha son visage du mien en murmurant :

— Je voudrais que tu te souviennes de ce moment.

Je ne répondis rien, de toute façon que dire ? Bien évidemment que cette étreinte allait rester gravée dans ma tête pour la vie. Sous un ciel constellé d’étoiles, dans un parc si calme, loin du brouhaha habituel de la ville, bercés par la musique douce des indiens, un homme – et quel homme – m’enlaçait et désirait m’embrasser… Moi ?

Il approcha sa bouche de la mienne et comme s’il demandait la permission, posa délicatement ses lèvres avant de me caresser avec sa langue. J’eus un vertige, une boule dans le ventre, des frissons partout.

De ma vie, je n’avais ressenti ça. Une décharge électrique partit du creux de mes reins pour incendier mon corps entier. Cette sensation me sidéra. Que m’arrivait-il ? Je perdis la notion du temps, de l’espace, du réel, je n’étais plus une femme, mais une sensation. Après des

secondes innombrables, je repris pied sur terre. C’était bien Enzo Costa qui m’avait embrassée, je devrais dire embrasée et c’était moi, bien moi, qui avais vécu ça.

 

………………………..

 

Ça allait trop vite, il fallait que je le calme… sinon je n’allais jamais m’éclater. Et je n’avais pas vraiment envie d’un petit coup rapide contre un mur.

J’imaginais que ce n’était pas très confortable et… je ne savais pas trop comment faire ! Le lit, je connaissais !

 

Elle lâcha ma main et s’éloigna pour retirer les coussins qui recouvraient son lit. Une maniaque ? Je n’en revenais pas. Je m’approchai d’elle rapidement et lui arrachai sa robe. Elle cria de surprise. Je retirai tout aussi rapidement mon pull, débraguettai mon pantalon, le virant aussi vite que possible. Je la gardai fermement près de moi et lui murmurai :

— Je ne suis pas venu te faire l’amour plan-plan… ça va être intense, fort, violent… les coussins vont tous être virés du lit… mais pas avec douceur. Tu es prête ?

 

J’étais pantelante… sa voix rauque, excitée, son membre qui dépassait de son caleçon, ma robe qui avait volé si vite que je n’avais rien senti… si ce n’est un souffle.

J’étais en soutien-gorge, et culotte – heureusement assortis – debout devant lui, inerte et excitée. Lui me regardait différemment.

 

……………………………..

 

Son souffle était si chaud… je me mordis les lèvres. Il frôla mes paupières, embrassa mes yeux.

Il embrassait mes yeux ? C’était ma bouche que je voulais qu’il embrasse ! Eh oh ! Ouh ouh… un peu plus bas ! Je le voulais entre mes lèvres. Mais il ne m’écoutait pas, n’entendait pas mes suppliques. Il m’embrassait le front, la racine de mes cheveux et redescendait près de

mon oreille… Bordel, c’était si doux ! Qui l’eût cru ?

Je frissonnai… relation directe entre mon oreille et mon sexe, ça faisait ding ! Et je vibrais encore, il souffla contre mon lobe, obligeant mes boucles à se balancer. Mon ventre se tendit. Je crispai mes doigts, toujours emprisonnés dans sa main. Il s’approcha doucement de mes lèvres, embrassant chaque centimètre de peau séparant mon oreille de ma bouche. Je le sentis s’avancer si lentement. J’avais envie de tourner la tête pour provoquer cette proximité, mais c’était si intense… J’avais peur de gâcher ces émotions.