Éden Lointain de Jeff Bergey

image

Éden Lointain de Jeff Bergey

Jeff Bergey


Collection :
Electrons Libres

Synopsis :

Éden Lointain, livre atypique dans sa construction. Roman poétique nous entraînant et nous faisant voyager dans les tréfonds et les méandres de l’âme humaine. Une voix sortie d’outre-tombe qui raconte son histoire, une histoire vraie, une histoire vécue par son auteur, dont beaucoup de personnes se retrouveront. Un prélude à voir sa propre mort en fasse ou sa propre folie. Une quête d’un paradis perdu en enfer.

« Seul celui qui est prêt à regarder en face sa vérité peut accéder à la paix de l’âme.

Aucune méthode ou technique ne peut apporter cette paix, seule l’humilitas, le courage de descendre au plus profond de soi, d’accepter sa condition terrestre (humus) et son humanité, le permet. »

Anselm Grün.

Sortie papier le 08 février 2017

et en avant-première le 01  février dans la boutique EE.

Extraits :

Extrait 1

« Drôle de festin Qu’est la vie Elle t’enflamme Te donne envie Puis t’affame Ensuite, elle t’engloutit »

Extrait 2

« Où sont les banquets, les festins promis Le bonheur Et les rêves choisis Tous partis en fumée, tous partis en fumée Aujourd’hui, ils pleurent tous dans les livres Personne ne viendra au banquet. Moi le dernier, j’éteindrai la lumière en sortant »

Extrait 3

« Je peux voir ici

La vie tristement s’endurcir

J’essaie de tout enfoncer

Mais, plus de sensation

Pas d’amélioration

Voilà mon amie

Mon étrange solitude

Ma monotonie

Dans tous ces recoins sombres

J’en parcours la pièce

Explorons

Pour voir ce que l’on peut y trouver

La chambre est si froide sans toi

Que je préfère l’oublier

Vaste pièce mortuaire

Qui sera sûrement

Ma dernière scène funéraire.

 

Je ne sais pas

Non, je ne sais pas

Quel chemin prendre

Je crois que j’ai perdu mon ticket

Pour y offrir mes sourires

Mes chers clowns sont déjà morts ce soir

Ils m’ont devancés

Dans le visage triste de Pierrot

D’un linceul blanc immaculé

L’auguste en moi, n’a plus ses yeux

Pour pleurer.

 

Prends ma main

Je te montrerai ce qui était

Je te montrerai ce qui sera

Pour atteindre la prochaine étape

Ici tout est presque dit, tout est presque fait

Est-ce le rôle dont je rêvais ?

Abandonné, perdu, brisé

Sur les marges de ce cahier

Mon cœur saigne encore

Aujourd’hui sur ce dernier

Mon encrier, lui est prêt à tomber

Lorsque tout sera dit, lorsque tout sera fait

Je me demande ce qui viendra après »